26 ans
4ème année Styliste Modéliste

Armine, jeune arménienne passionnée d’art et de mode, a déménagé en France il y a quatre ans pour poursuivre ses études dans la capitale de la mode.

- Bonjour Armine. Pour débuter, peux-tu nous dire quel était le point de départ de ton parcours dans le milieu artistique ?
- A l’âge de six ans, mes parents m’ont inscrite dans une école d’art où j’ai commencé à dessiner et participer aux expositions organisées pour des enfants passionnés comme moi par le dessin. Nor-Hachn, ma ville natale, est jumelée avec celle de la Chasse-sur-Rhône et à l’âge de onze ans j’ai été sélectionnée par mon école pour participer à un séjour de deux semaines dans cette ville française située près de Lyon. J’ai été hébergée au sein de la famille du Maire de cette commune, qui a été extrêmement accueillante et j’ai gardé le contact avec elle après mon départ. J’ai ensuite décidé d’apprendre le français. Pendant mes études de Stylisme-Modélisme à l’Académie d’Etat des Beaux-Arts d’Erevan, j’ai choisi de participer au programme d’échange Erasmus en France. Je me suis retrouvée une nouvelle fois près de Lyon et j’ai eu la chance d’assister aux cours de Design Textile à l’Ecole Nationale Supérieure des Beaux-Arts pendant un semestre entier.

- Et tu as donc décidé de rester ici ?
- Oui, j’ai décidé de déménager en France afin de poursuivre mes études. Le programme que j’ai fait à l’Académie d’Etat des Beaux-Arts chez moi en Arménie comportait beaucoup de cours de dessin, de recherche, mais pas assez de cours de modélisme. Avant d’intégrer Mode Estah, j’ai appris le français pendant deux ans et j’ai aussi fait une collaboration avec une maison de Haute Couture en Suisse. C’était une expérience incroyable : je me déplaçais souvent à Genève, je travaillais sur des pièces uniques, je participais aux showrooms… Mais j’ai dû arrêter pour pouvoir continuer mes études à Paris.

- Comment as-tu découvert l’école Mode Estah ?
- Sur internet, tout simplement. Je cherchais une école de mode en alternance et Mode Estah était la première sur la liste. J’ai postulé pour deux écoles mais au final, Mode Estah correspondait réellement à ce que je recherchais : un diplôme reconnu par l’Etat et la possibilité de pouvoir faire ses études en alternance. Aujourd’hui je suis en contrat de professionnalisation  chez Leclerc Vêtement s et je travaille tous les weekends sur mes créations de fin d’année.

- Quelle est ta principale source d’inspiration en ce moment?
- Je trouve que les dernières collections de la marque DELPOZO sont simplement sublimes.  J’aime aussi puiser mon inspiration dans la musique jazz, l’art contemporain et le surréalisme.

- Où est-ce que tu te vois dans les années à venir ?
- Je voudrais travailler dans une maison de Haute Couture pour apprendre le savoir-faire. Dior et Valentino sont les deux maisons que j’aime beaucoup. Plus tard, je voudrais créer moi-même des pièces uniques. 

- Aurais-tu quelques mots à dire à celles et ceux qui veulent intégrer le monde de la mode ?
- Avant de se lancer dans l’univers de la mode il faut être sûr de son choix. Il faut sans cesse aller de l’avant et rester persistant dans ce que l’on fait. Tout est possible si l’on croit en soi. Le fait d’avoir peu de chance n’est pas négligeable non plus ;)



26 years old
4th year of Bachelor in Fashion and Pattern Making

Armine, a young talent from Armenia, is an art and fashion lover who moved to France four years ago to continue her studies at the heart of fashion industry Paris.

- Hello Armine. To start off our interview, could you tell us where you artistic journey begins?
- When I was 6 years old my parents sent me to an art school where I started to draw and participate in various exhibitions for children passionate by art. My hometown Nor-Hachn is twinned with Chasse-sur-Rhône and at the age of eleven years old I was among those selected for a two-week stay in this French town near Lyon, where I was accommodated by the mayor’s family who were very kind and welcoming. We have kept in touch ever since. After I came back home, I decided to learn French. During my Fashion & Pattern Making studies at the Erevan State Academy of Fine Arts, I chose to participate in Erasmus exchange programme with France. Once again, I was leaving nearby Lyon and had a chance to assist in Textile Design classes at the National School of Fine Arts for half a year.

- And so you decided to stay here in France?
- Yes, I decided to move to France to continue my studies. The programme I attended at the Erevan State Academy of Fine Arts in Armenia had a lot of drawing classes and not enough of pattern-making classes. Before I entered Mode Estah school, I had been learning French for two years and I also collaborated with a High Fashion House in Switzerland. It was an incredible experience: I was often traveling to Genève, working on unique pieces, participating in showrooms… But I had to stop to continue my studies in Paris.

- How did you know Mode Estah school?
- On the internet. I was looking for a fashion work-study programme and Mode Estah was the first on the list. I applied to two schools but Mode Estah’s programme had everything I was looking for : a state-approved diploma and a work-study program. Today, I have a work-study contract with Leclerc Vêtement and I work on my end-of-year creations.

- What is your main source of inspiration at the moment?
- DELPOZO’s last collections are just magnificent. I also seek inspiration from jazz music, contemporary art and surrealism.

- Where do you see yourself in the near future?
- I would like to work in a High Fashion House to acquire new skills. I especially love Dior House and Valentino. Later on, I would like to work on my own unique creations.

- Would you have something to say to those who want to integrate fashion world?
- Before making the first step in this industry, you must be sure of your choice. You should never stop moving forward and stay persistent in what you are doing. Everything is possible when you believe in yourself. And a little bit of luck never hurts ;)







Infographic Mode en France



L’industrie de la mode est un réel atout pour notre pays, et pourtant ce fort potentiel n’est pas encore suffisamment exploité. Aujourd’hui, la France est le 3ème le plus grand exportateur européen de l’habillement. Depuis 2010, les exportations de ce secteur continuent d’augmenter au rythme de 8% par an. L’industrie est forte de 700 000 emplois, auxquels pourraient être rajoutés 5 000 emplois chaque année pour booster le développement des entreprises.

En dépassant l’industrie automobile, le chiffre d’affaires global du secteur de la mode en France s’élève à 150 milliards d’euros ! Pourtant, en dépit de la place prestigieuse que le pays occupe dans ce le monde et de l’évolution toujours positive du secteur, les entreprises françaises rencontrent des problèmes de recrutement.

Tellement fiers de leur industrie nationale, la plupart des français ne voient pas les perspectives professionnelles que peuvent porter ce secteur. Les collégiens et les lycéens sont souvent découragés de poursuivre leurs aspirations et ne se lancent pas dans des études de mode. Les formations techniques sont en effet souvent considérés comme peu prestigieuses et avec au final de faibles perspectives d’embauche, alors que paradoxalement les entreprises sont en demande d’employés qualifiés et que 50% des marques de luxe dans le monde sont françaises, lesquelles embauchent des centaines de personnes chaque année !

Depuis 25 ans, Mode Estah forme ses étudiants aux métiers de la mode, tant sur le plan créatif que sur celui du marketing. Leader de l’alternance dans ce domaine, l’école peut s’enorgueillir d’excellents taux de placement. Ainsi, 95% de nos étudiants signent un contrat de professionnalisation chaque année et 88% décrochent un contrat au sortir de leurs études.

En pleine croissance et en perpétuel besoin d’innovation, les entreprises cherchent donc constamment des personnes talentueuses et passionnées. Si vous rêvez de devenir un/une créateur-trice ou simplement de faire carrière dans le secteur de la mode, vous avez ainsi toutes vos chances et il ne reste qu’à poursuivre vos rêves !

The fashion industry is a major asset for France and its potential has not been fully explored yet. Today, France is one of the three biggest European exporters in the textile industry. The sector’s exports have been growing by 8% every year since 2010. The industry employs 700 000 persons and 5 000 work places more could be created every year to boost companies’ development.

In France, the clothing sector’s overall turnover goes up to 150 billion euros which exceeds the automobile industry. However, despite its prestigious place among other countries and the continuous growth, French companies still have difficulties when recruiting new talents.

Very proud of their national industry, the majority of the French don’t see any professional perspectives in the sector. Middle school and high school students are often discouraged from pursuing their dream careers in fashion and few do their studies specialized in fashion later. Technical degrees are often perceived as less prestigious and with a low employment rate by the end of studies which might seem controversial as employers are constantly looking for qualified employees with a technical degree and 50% of luxury fashion brands in the world are French that yearly employ hundreds of people!

Mode Estah has been teaching both the creative aspect of fashion as well as the marketing to its students since 1991. A leader among work-study fashion programs, the school is proud of its professional network and high rate of recruitment. As a result, every year 95% of our students sign a work-study contract and 88% get a permanent position at the end of their studies.

To continue to grow and innovate, companies never stop looking for talented and motivated people. If your dream is to be a designer or simply work in fashion industry you have all the chances to pursue your dreams. Just stay persistent and believe in yourself!
*Source: Rapport Mode de Lyne Cohen-Solal commandé par les ministères de l'industrie de la culture

Mode estah - Finale du concours Jeunes Talents 2016

Depuis 6 ans maintenant, l’école Mode Estah organise son propre Concours Jeunes Talents destiné aux créateurs de mode en devenir. Cette sixième édition du concours a été marquée par le nombre de dossiers créatifs très professionnels et originaux que nous avons reçu des quatre coins de la France. Le choix des trente finalistes n’a pas été simple et le classement final fut encore plus difficile à établir pour notre jury professionnel.

Ce jury était composé de :


Pascal Iakovou, bloggeur et créateur du groupe de presse international LUXSURE



Juliette de la chaîne YouTube #PushYourPink



Jean-Marc Benoist, styliste

Alexia Gonzalez, responsable pédagogique et administrative de l’école

Anne-Carole Lagier, chargée des relations entreprises

Une concurrence très forte cette année donc, avec des finalistes issus de filières BAC Littéraire, Scientifique ou Technologique qui n’avaient rien à envier aux finalistes issus de classes BAC Pro Mode. Notre jury a été tellement sublimé par la finition des tenues et par les histoires qui se cachaient derrière les créations qu’ils n’ont pas pu s’empêcher de rajouter un quatrième et un cinquième prix !
N’oublions non plus le Prix du Public! Celles et ceux qui n’ont pas rapporté les 4 premiers prix ont encore une chance de gagner une session à la BLOGGING ACADEMY, école de blogging créée par Pascal Iakovou, et ce grâce à vous. Chacun peut en effet voter pour sa création préférée en mettant simplement un « j’aime » directement sous la photo de la tenue qui lui plaît sur notre page Facebook avant le 27 avril 2016.

Cette année, le premier prix a été décerné à Solène Vadcar, pour sa robe à croquer :



Le deuxième prix est revenu à Marie Jambou :



Le troisième prix a été décerné à Clémentine Bosch :



Le quatrième prix est revenu à Nicolas Simeonov :


Enfin, le cinquième prix est revenu à Romain Chahimirian :


L’équipe de Mode Estah tient une nouvelle fois à féliciter tous les finalistes du Concours Jeunes Talents 2016! Nous espérons que cette étape marquera le début de vos parcours respectifs dans le monde de la mode.



Elisa Walter, étudiante de Mode Estah


18 ans
2ème année Styliste Modéliste

Bonjour Elisa, pourrais-tu nous parler un peu de ta formation dans la mode ?
- Avant de venir chez Mode Estah, j’ai fait un Baccalauréat Métiers de la Mode au cours duquel j’ai notamment appris à coudre. Cela m’a permis d’intégrer directement la deuxième année Styliste-Modéliste.

Comment as-tu entendu parler de l’école et qu’est-ce qui a déterminé ton choix ?
- C’était une ancienne élève de Mode Estah qui est venue dans mon lycée en Alsace pour présenter l’école, ce qui m’a énormément intéressé. Du coup, j’ai décidé de visiter l’école. Le lieu, l’atmosphère, l’administration m’ont beaucoup plu. Mais c’est surtout le fait de pouvoir faire mes études en alternance plus tard qui a déterminé mon choix. C’est très intéressent au niveau du prix de la formation, car celui-ci est pris en charge par l’entreprise dès signature d’un contrat de professionnalisation. Ce qui est encore plus important est la possibilité d’acquérir de l’expérience.
J’ai aussi participé au concours Jeunes Talents l’année dernière. Je n’ai pas été sélectionnée parmi les trois derniers finalistes, mais la participation à ce concours m’a permis de couvrir quelques frais et l’expérience fut enrichissante.

Pourquoi tu as choisi d’étudier les métiers de la Mode ? 
- J’ai toujours été passionnée par le dessin et je me souviens que je dessinais des silhouettes de mode lorsque j’étais petite. J’ai toujours su que je voulais devenir styliste. J’ai donc décidé de suivre ma passion, tout simplement.

Où trouves-tu ton inspiration ?
- Tout ce qui provoque une émotion peut m’inspirer, mais j’aime particulièrement l’automobile. BMW est ma marque de voiture préférée – j’en possède d’ailleurs une. Ce qu’une voiture dégage m’inspire réellement et, du coup, je retransmets cette émotion dans les vêtements que je créé.

Aurais-tu quelques mots à dire à celles et ceux qui veulent intégrer le monde de la mode ?
- Il faut croire en soi et rester positive. C’est très important ! Si on veut réussir il faut y aller à fond et ne pas se poser de questions ou se mettre de barrières.

Fourni par Blogger.